[Bâtiment Bleu - 1er] Couloirs

Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 75
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Mar 27 Aoû - 17:04


Finalement direction le dehors, et un peu d'air frais lui ferait du bien. L'armure parfaitement entretenue et propre du guerrier ne grinça que peu, pour une armure, quand il descendit les marches. Il avisa une pièce qu'il serait peut être utile de visiter plus tard et alla vers la sortie. Il n'avait croisé personne d'autre pour le moment et cela lui allait très bien vu le peu d'infos qu'il avait. Une fois qu'Isolde aurait tiré les vers du nez de ce cyan il pourrait organiser convenablement ses objectifs.

Il repassa les portes qu'il avait franchit pas si longtemps auparavant.

Résumé:
Le Triaire sort dehors
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 75
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Dim 6 Oct - 22:47


Le Triaire était dans un état qui aurait pu être assimilé à de l'ennui. Il n'avait pas trouvé d'hermites, ni quoi que ce soit d'intérréssant. Le cyan ne serait surement pas de bonne disposition avec lui. Toutefois au lieu de se diriger immédiatement vers le bureau sombre il avisa une porte pleine de promesses et pour cause, elle était en métal et fermée d'un gros cadenas.
Une personne normale serait sans doute retourner voir le Wilkins, mais une personne normale ne se balade pas avec une pioche/bêche/hache suisse.

Le Triaire saisit sa dolabra à deux mains après avoir bien positionné le cadenas. Il allait donner un grand coup puis forcer à fond. Unus, duo, tres....et l'épreuve de force débuta par un grand BONG !

Résumé:
Le Triaire tente de forcer la porte verrouiller
Folie d'Esquisse
Messages : 748
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Lun 7 Oct - 21:58
Dans l'élan d'une centaine de kilos de chair et de ferraille projetés à 15km/h pour une énergie cinétique de près de trois kilojoules, c'est une force dévastatrice qui s'abat contre la porte blindée, retentissant d'un écho métallique à faire grincer les dents de tous les explorateurs à proximité. Pour sûr, le Triaire n'y est pas allé de main morte, et le résultat se fait indubitablement sentir. La porte, jusqu'alors d'une platitude impeccable que seuls venaient perturber quelques amas de rouille, affiche désormais un enfoncement superficiel au niveau de sa serrure.

Cependant, et malgré ce remarquable stigmate, les gonds tiennent encore le tout, et il est impossible de tirer la porte pour l'ouvrir. Mais on peut désormais la secouer pour faire un boucan d'enfer et rameuter toutes les âmes traînant aux alentours, des fois que ça puisse servir.
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 75
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Mar 8 Oct - 1:55


Le Triaire regarda la porte défoncée. Bon Il n'avait pas réussit à casser la serrure mais son coup avait eu de l'effet. Une personne normale serait allé voir Wilkins. Mais une personne normale ne se rapproche pas plus de l'acier que l'humain et surtout l'acier en question excellait dans les épreuves de forces et d'endurances comme celle ci.

Si le Triaire avait eu la possibilité d'éprouver des sentiments plus profond il aurait peut être pensé que la tâche ne valait pas le coup et que sa méthode n'était pas la plus efficiente. Après tout une porte de métal ne se détruit pas comme ça.

Mais il pouvait aussi s'acharner sur cette malheureuse ouverture close pendant des heures comme un stakhanoviste et n'en avait strictement rien à foutre de tenter une autre approche quand la sienne marcherait à coup sur. L'homme d'acier se mit à frapper la porte avec la régularité d'une horloge, chacun de ses coups torturant le métal.

Et coups après coups le boucan abominable du fer torturé se répandit dans le laboratoire. Il n'y avait pas une variation, pas une pause, la dolabra de titane revenant sans cesse à l'assaut. Le Triaire ne connaissait pas le doute, les marques qu'il laissait ne l'encourageait que peu même. Il avait l'absolu certitude de défoncer cette porte comme un robot broyait la pierre pour en faire de la poussière.


Résumé:
Le Triaire décide de défoncer la porte et la subtilité au passage. Il ne s'interrompra que lorsque une tierce personne ira à lui.

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Sam 12 Oct - 19:31
     « Il faut trop sombre, ici. On va ouvrir une fenêtre, ce sera déjà mieux. »
     Bien sûr, comme il n’y en avait pas dans le couloir, Rosalina se dirigea vers une pièce. En l’occurrence, après être descendue des escaliers, elle tourna à sa gauche, puis encore à gauche, avança le long du corridor, et ouvrit la pièce située à sa fin.

Résumé:
Rosa va ouvrir la salle au fond à gauche.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Folie d'Esquisse
Messages : 748
Date d'inscription : 24/06/2012
Folie d'Esquisse
le Mar 15 Oct - 17:14
Bien qu’étant plein à craquer de Dessinateurs et de Cyantifiques, dont aucun atteint de surdité, la porte céda avant que qui que ce soit ne vienne. Elle s’effondra, dégondée, avec un fracas faisant passer les précédents causés par le Triaire pour des éternuements légers. Un petit nuage de poussière s’éleva. L’accès au labo blindé était ouvert.
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Ven 18 Oct - 3:09
« YYYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

Oh oui, une glissade sur une rampe était définitivement mieux que de simplement à descendre à dos d'humaine.

« Outch ! »

Du moins, jusqu'à ce qu'il atteignit de bas et fut éjecté par terre. Étrangement, son exclamation était plus un réflexe qu'un vrai cri de douleur. En effet, Lucas se releva sans gros bobo. Peut-être que comparer ses jambes à du jello était adéquat, un corps d'enfant semblait plutôt flexible et semblait pouvoir se remettre de n'importe quoi.

Oh. C'était plus silencieux que le petit bonhomme ne l'aurait cru avec les bruits de métal sur métal qui résonnaient à travers la cage d'escalier depuis quelques minutes. Quoi qui se passait auparavant, c'était terminé. Lucas haussa les épaules et suivit Rosa qui voulait trouver une fenêtre. C'était une idée comme une autre de toute façon.

Résumé:
Lucas suit Rosa dans la porte tout à gauche.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Dim 20 Oct - 19:46
     C’était quoi ce bruit ?
     Lucas semblait s’en moquer comme d’une guigne. Certainement pas Rosalina. Avant qu’elle n’ait pu examiner la porte, elle se retourna et observa le couloir. On ne distinguait presque rien, à cause de la pénombre. Les fracas répétés furent suivis d’un immense choc, comme si quelque chose de très très lourd était tombé très très vite. Et en tendant l’oreille, on distinguait un raclement métallique.
     Tout cela était très inquiétant. Et la présence d’un émoticône souriant, clignant de l’œil et dont le chapeau de paille faisait penser à quelqu’un que Rosalina avait déjà rencontré, dessiné sur les murs d’ardoise juste à côté d’elle, et qui semblait le fixer de son œil unique, n’aidait pas du tout.
     « Lucas… »
     Elle chuchotait.
     « Ne bouge pas… Je vais aller voir ce qui ce passe là-bas. »
Résumé:
Rosa va inspecter le bruit survenu vers le labo blindé.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Ven 25 Oct - 3:10
Les bruits n'inquiétait pas Lucas. Que pouvait-on attendre d'autre d'un laboratoire? Au contraire, le silence qui régnait jusqu’à présent était plus sinistre que l'inverse. Mlle Ngwenya ne semblait pas du même avis. Elle chuchotait. Avait-elle peur? Pauvre Mlle...

Lucas bomba le torse et hocha la tête solennellement avant de lui répondre en chuchotant à son tour.

« Faut pas vous inquiéter Mlle Nougat. Je vais vous protéger. Laissez-moi faire. »

Honnêtement, essayer d'être discrète en talons hauts était voué à l'échec, du moins, en cas normal. L'Américain ne pouvait pas écarter l'hypothèse que la noire était secrètement une espionne entraînée depuis sa douce enfance à sa future carrière, mais il en doutait.

L'ex-soldat se dirigea à pas feutrés vers la source du vacarme qui s'était tout juste éteint. Il s'arrêta près d'une porte défoncée, levant selon le signe militaire américain signifiant "Stop". Cette pièce... S'il se souvenait bien, c'était celle que sa compagne avait voulu visiter un peu plus tôt avant d'avoir été vaincue par le cadenas condamnant la porte. Un individu avait visiblement prit ombrage dudit cadenas avant de défoncer la porte. Considérant que ladite porte qui gisait sur le sol semblait être faite de métal assez solide... C'était assez impressionnant.

Lucas hésita un instant avant de prendre son sac à deux mains pour le mettre devant lui tel un bouclier. Faire preuve d'un peu de prudence ne coûtait rien.  Précautionneusement, l'enfant enjamba la porte à terre et entra dans la pièce.

Résumé:
Lucas entre dans le Labo Blindé.

Suite au Labo Blindé


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Dim 27 Oct - 19:34
Et voilà que Lucas passa devant Rosalina, se moquant complètement de ses avertissements, et entra dans la pièce. Le laisser en plan apparut comme étant une très bonne idée. Hélas, elle n’avait pas vraiment le choix.

Résumé:
Rosa entre dans le labo blindé.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Ven 1 Nov - 3:59
Arrivée du bureau sombre.

La voilà de nouveau dans les couloirs qu'elle avait précédemment parcourues de peine et de misère avant d'être transportée par le Triaire. Seule, de nouveau. À part pour ses vêtements neufs (bien qu'un peu détrempés), la femme aurait presque l'impression d'être revenue à son point de départ.

Isolde se tourna vers la gauche, dans la direction que le Cyantique avait regardé lorsque le vacarme (qui venait d'ailleurs de cesser) avait commencé. Un mur. C'était étrange. Qu'est-ce que l'homme pouvait bien savoir sur ce qui se trouvait de l'autre côté pour qu'il croit que cela provienne de cette direction? Si elle se souvenait bien, il s'agissait d'une grande pièce dont on voyait légèrement par les fenêtres à l'extérieur. Elle devait se souvenir de ne pas y entrer...

À la place, la trentenaire se dirigea vers la porte directement en face du bureau qu'elle venait de quitter. Peut-être trouverait-elle quelque chose de mieux là-bas?

Résumé:
Isolde tente d'entrer dans la pièce en face du bureau sombre.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Dim 10 Nov - 3:57
Provient du Labo blindé.

Rosalina et Lucas avaient le choix, droite ou gauche. En soit, c'était simple, mais l’énergumène qu'ils venaient d'abandonner semblait être assez borné, alors il y avait toujours une chance qu'il décide de leur donner la chasse. S'ils retournaient en direction de l'escalier menant au toit, ils seraient coincés entre le toit, des pièces inconnues et l'homme. De l'autre côté, Lucas n'avait aucune idée de ce qu'il y avait dans l'autre bâtiment, c'était peut-être aussi un cul-de-sac. Dans tous les cas, mieux valait envoyer le type vers une fausse piste. Lucas tira sur la main de Rosalina pour qu'elle se penche à sa hauteur tout en tournant vers le 2e bâtiment et chuchota.

« Il faut pas qu'il nous suive. »

Ils pouvaient s'enfermer dans une pièce, mais si l'amnésique les retrouvait, ils seraient coincés. Par contre... Toutes les portes semblaient être fermées ou presque. Fuire un ennemi mieux préparé (ou dans ce cas-ci, plus armé même s'il était blessé) était simple : le distraire, lui faire perdre du temps, se dissimuler et atteindre un endroit sécuritaire ou du renfort.

Dès que le duo croisa sa première porte, Lucas l'ouvrit et la referma en s'assurer de la claquer très fort sans même regarder dedans. Puis, il enleva ses souliers et intima à sa compagne de faire de même. Il posa un doigt sur ses lèvres et pointa le chemin qui menait au rez-de-chaussée.

Sa stratégie était claire : faire perdre du temps à l'inconnu qui, une fois après avoir récupéré de son épisode (ce qui prendrait au moins quelques minutes, personne ne se remettait d'avoir été gazé en trente secondes), les chercherait à travers les différentes pièces sans savoir exactement dans laquelle ils étaient entrés. Pendant ce temps, le duo s'enfuirait silencieusement à l'étage inférieur où ils croiseraient sûrement d'autres humains. Et si l'homme les retrouvait? Qui les autres voudraient-ils protéger, un enfant et une femme qui semblaient effrayés ou un grand mastodonte armé et brusque qui n'avait aucune manière?

Le meilleur dans tout ça, c'était que n'importe quel enfant qui aimait bien jouer à la cachette pouvait établir ce type de stratégie basique. Enfin, la partie "faisons du bruit pour faire croire qu'on est à X endroit alors qu'on est ailleurs" du moins.

Résumé:
Lucas veut retourner au rez-de-chaussée, mais honnêtement, tant que c'est loin du Triaire, c'est bon.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Dim 10 Nov - 16:49
     Rosalina observa Lucas faire son petit manège avec grande attention. Il était bon. Elle-même essaya de trouver quelque idée pour que leur escapade se passe pour le mieux, mais rien de plus intelligent que ce qu’il faisait ne lui vint à l’esprit.
     Suivant sa consigne de silence, elle ôta ses talons et descendit les escaliers à sa suite en catimini. Arrivée en bas, elle lui chuchota :
     « Je parie que tu gagnes à chaque fois au cache-cache. On va où, maintenant, ? Je te suis. »

Résumé:
Rosa suit Lucas.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Mar 12 Nov - 1:16
Vient de la Salle Blanche

De nouveau dans le couloir (le Cyantifique au chapeau de paille avait déjà disparu), Isolde avait trouvé des informations intéressantes et des armes, mais rien de ce qu'elle cherchait vraiment : l'hermite ou de la colle. Du coup, elle se tourna vers l'autre pièce la plus proche, à savoir celle juste à côté du bureau où la lumière ne fonctionnait pas et tourna la poignée.

Résumé:
Isolde ouvre la porte de la pièce entre le Bureau Sombre et le Bureau Vide.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 75
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Mar 12 Nov - 1:57


La main ganté de cuir agrippa le cadre de la porte brisée. Dans cette poigne se tenait non pas la colère, ni même la hargne, mais une volonté absolue. Lucas et Rosalina avaient eu la bonne réaction face à n'importe qui d'humain. Mais le Triaire ne correspondait plus vraiment à cette définition.

Sa carcasse de métal émergea et avec lui son souffle rauque, lourd, le souffle d'un prédateur. Ils étaient peut être juste incompétents, juste inconscients. Ou alors ils étaient des menaces bien plus concrètes. Il n'était pas spécialement plus intelligent que les autres, mais il avait intégré qu'un humain pouvait en cacher un autre.

Et le mensonge, oh le mensonge. Il comprenait qu'on pouvait mentir, il comprenait qu'il faisait peur. Mais qu'ils aient fui au lieu de dire la vérité alors qu'il les avait démasqué. Voila qui lui donnait une bonne raison de se mettre en chasse.

Il entendit une porte claquer violemment. Stupide. Comme si il allait tomber dans un piège aussi grossier, comme si il ne savait pas lui même que se retrouver dans un endroit exigu et sans sortie était avec lui était la pire issue. Ils lui avaient juste indiqué ou chercher.

Mais où iraient ils ? Quel escalier prendraient ils pour descendre ? Le plus proche cela ne faisait aucun doute, le but était de le fuir. Tsss au final rien ne change vraiment. Le char devient un homme, le champ de bataille un laboratoire et l'ennemi est juste plus idiot.

Néanmoins il ne comptait pas les tuer. La femme l'avait sauvé et l'enfant étant un enfant, eh bien forcément il ne faut pas toujours à des réactions d'adultes. Et le gamin semblait assez débrouillard vu ses mensonges et sa tentative de le culpabiliser, ce qui serait utile à tout le monde. Il marcha en s'appuyant sur le mur un moment, se remettant lentement de son passage en chambre à gaz. Même le pire des tanks était plus respirable.

Lucas et Rosalina avaient gravement sous estimé la menace. Le Triaire ne s'arrêterait pas, ne se détournerait pas. Il était la machine à tuer parfaite, un être de froide logique dédié au culte de la violence. Son cœur était noir car aucun sentiment quel qu'il soit ne venait l'éclairer.

Insensible aux élancements de son corps cette machine à tuer se mit en chasse d'une simple femme désarmée et d'un enfant


Résumé:
Le Triaire part en chasse de Rosaline et de Lucas (et je n'avais pas lu leurs posts en plus hahaha)
Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 130
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Mer 13 Nov - 21:37
Si elle avait attendu quelques minutes de plus, Isolde aurait possiblement pu croiser son compagnon d'infortune en mauvais état. Si elle était sortie quelques minutes plus tôt, elle aurait peut-être croisée un duo qui fuyait ledit compagnon. Mais le destin en décida différemment et la femme entre dans le nouvelle salle sans réaliser que le bruit de ferraille qu'elle entendait était le Triaire qui se traînait lentement dans les couloirs. Ou peut-être qu'entendre une nouvelle porte s'ouvrir et se fermer distrairait le Triaire.

On pourrait aussi se demander comment Dalton a pu éviter de rencontrer qui que ce soit à travers tout ce va et vient, mais c'était une autre histoire.

Résumé:
Isolde entre dans le bureau 5.

Entre dans le bureau 5


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Jeu 5 Déc - 13:58
     Une fois sur place, Crevette mit une main sur la garde de son sabre, l’autre sur son torse, et tendit l’oreille. Elle attendait le signal pour commencer à écouter.

Résumé:
Crevette se prépare.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Lun 9 Déc - 19:06
     Rien. Pas un bruit. En tendant l’oreille, Crevette pouvait entendre sa compagnonne et la canette. La seconde ne produisait aucun son.
     Après une grande inspiration, et s’être débarrassée de la perruque, Crevette, plutôt que de râler, de s’énerver, de dégainer son sabre et de taper sur le premier objet inanimé ou non à portée, s’assit. Elle réfléchit.
     Tout était frustration, dans ce labo. Les gens, les salles, les rencontres, les objets. La seule exception avait été Effie, mais elle s’entêtait à agir avec subtilité, essayant des plans, tous plus inutiles les uns quel es autres par ailleurs. Mais ce n’était pas faute d’essayer : elle au moins réfléchissait un tout petit peu.
     « Maintenant, on va faire ça à ma manière. »
     Elle se releva, et dégaina son sabre. Tant pis pour Effie : elle suivrait, ou elle se démerderait.

     Première pièce, la salle des collections. Après un grand coup de pied dans la porte et un regard à l’intérieur, Crevette en vint à une conclusion rapide : personne, ce n’était pas ce qu’elle cherchait. Suivante.
     Deuxième, la salle d’étude. Coup de pied, on regarde, rien, la déco est affreuse, suivante.
     Troisième, le laboratoire n°3. Coup de pied, regard, rien, suivante.
     Une intersection. Plouf-plouf-ce-sera-toi-que-je-pren-drai. On va à droite.
     Quatrième, là aucun coup de pied nécessaire vu que la porte est effondrée au sol. Personne à l’intérieur, on continue.
     Des escaliers. Pour plus tard, ça.
     Une pièce collée au mur, qui devait être large, mais peu profonde. On peut essayer. Coup de pied…



Résumé:
Les plans malins ne fonctionnant pas (voir le post d’Effie et de Folie du 5 décembre), Crevette décide de chercher l’atelier avec persévérance plutôt qu’avec intelligence. Elle enfonce les portes des pièces déjà visitées, dépasse les escaliers menant au toit, et ouvre la porte de la pièce leur faisant face d’un grand coup de pied.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 43
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Lun 9 Déc - 20:28
vient de par là

Je franchis la porte en fourrant la canette, désormais inutile dans la poche de mon manteau (je commence d'ailleurs à être encombrée moi) et roule jusqu'à ma partenaire. Laquelle m'a l’air d'avoir jeté aux orties la prudence de tantôt. Je la dépasse donc alors qu'elle éclate une troisième porte à coups de pieds, pour m'intéresser à la suivante. Avec mes chaussures roulantes aux pieds je peux difficilement l'imiter et défoncer la porte. L'arbalète est chargée mais nécessite les deux mains pour être tenue, donc je la laisse reposer sur sa sangle, et dégaine plutôt le bilboquet, avant d'ouvrir la porte un peu après celle qu'enfonce joyeusement une petite fille enragée.



[Effie ouvre la porte "chambre noire", c'est con elle a pas le plan sous les yeux...]


Dernière édition par Arathéa Sar'Flyel le Ven 13 Déc - 7:51, édité 1 fois




Code:
<transformation perso ="Effie">

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Jeu 12 Déc - 11:33
     … Personne. Crevette ne se donna même pas la peine d’entrer. Elle remarqua qu’Effie avait ouvert la dernière porte. La pièce sombre sur laquelle elle donnait n’était pas non plus l’atelier recherché.
     Avant de continuer, Crevette attrapa l’épaule de sa compagnonne pour pouvoir lui parler en face.
     « Y’a rien d’intéressant ici, je continue. »
     En passant, elle remarqua son arbalète, pendue sur le côté. Crevette la prit, retira le carreau encoché, et montra la pointe à Effie.
     « Enfin, avant toute chose. Est-ce que tu serais capable de tirer sur quelqu’un avec ça ? De viser un point vital, pour le tuer sur le coup ? Sans hésiter, sans essayer de seulement le blesser, sans te poser de questions si c’est moi qui te le demande, et sans te demander si la cible est agressive ou non, si c’est justifié de le tuer ou non ? Je veux bien te laisser jouer avec ça un petit moment, mais il faut que je sache si je peux compter sur toi pour m’épauler, ou si je dois combattre sans prendre en compte le fait que tu puisses m’aider. »
     Peut-être un peu trop direct. Chose rare, et précieuse, Crevette eut un soupçon, une larme, une lichette d’empathie.
     « Si tu me dis que tu ne peux pas tirer sur quelqu’un de sang froid, je trouverai un autre moyen pour que tu me sois utile, c’est juste histoire de ne pas avoir à m’emmerder avec ça. »
     En fait, non, c’était presque pire.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 43
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Jeu 12 Déc - 13:44

Une pièce toute noire... Et j'y vois rien, ça m'agace. J'ai l'impression que depuis mon arrivée dans ce monde, je suis complètement affaiblie. Ma force, ma vision nocturne... Je n'ai même pas essayé d'utiliser les sorts appris de mon frère, mais j'ai un doute, un gros doute sur le fait que ça marche. Et c'est agaçant, comme s'il fallait que je réapprenne à zéro.

"Rien ici non plus."

Je dois avouer que je m'attendais à moitié à ce qu'elle reparte enfoncer une autre porte. Si je devine qu'elle a besoin d'évacuer la frustration, démolir toutes les portes et attaquer à tout va n'est pas le meilleur des plans à mon sens. Non, à la place elle reprend encore l'arbalète, la décharge et me met le carreau sous le nez. Oui, oui, bonne question, merci je sais que c'est pas un jeu. Non, je ne réponds pas de suite. Elle parle trop vite pour me laisser en placer une. Ca y est, c'est mon tour?

"On ne joue pas avec une arme..."

Ah non, elle reprend sans me laisser poursuivre. Savoir ce que je peux faire pour savoir à quoi s'attendre, uh? Enfin, version "je suis associale", ce qui me fait lever les yeux au ciel.

"Tact, 0. C'est bon, c'est mon tour? Donc. Oui je peux tuer de sang froid, encore heureux. Oui, je sais ce qu'est une arme et le respect avec lequel on doit les traiter. Oui, je t'épaulerai encore si tu as besoin. Non, je ne tue pas les gosses c'est pas productif. Et je préfère mes proies vivantes, donc si j'ai faim et que tu me demande de tirer, je tirerai pour blesser. J'ai rien oublié?"

J'ai compté sur mes doigts en même temps que je parle. C'est bien de faire cette petite mise au point. Ce qui me permet de rajouter un truc qui va potentiellement LUI faire lever les yeux au ciel...

"Par contre, je préfère te prévenir, je suis pas sure qu'arriver d'emblée en mode agressif pour tuer/torturer/intimider des types qui détiennent des informations dont on a besoin et dont tu n'es pas sure à 100% qu'ils sont nos ennemis soit une bonne idée. C'est un risque à faire qu'ils le soient. Et on est que 2, sans avantage du terrain, et avec des munitions limitées... "Si tu rencontre un type en robe dans le désert, soit très poli avec... Il est surement bien plus fort que toi", comme dirait Leighan..."

Autant dire qu'on serait mal barrées si on se met à dos les types qui, aux dire de Crevette contrôlent l'endroit. Oui, faire carpette c'est pas hyper honorable, et ça faisait gueuler Kahiglia. Mais je suis pas une dragonne overbourrine, et je tiens à rester en vie encore un peu...





Code:
<transformation perso ="Effie">

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Ven 13 Déc - 1:05
     Crevette fit jouer le carreau dans sa main, le faisant tourner, passer de doigts en doigts. Typiquement le genre de jeu idiot qu’on ferait avec un couteau pour passer le temps et agacer ou stresser la personne en face, mais Crevette ne le faisait pas avec cette intention. Ça lui était venu naturellement.
     Quand Effie eut fini, elle arrêta de faire se balader la pointe devant ses yeux.
     « Ouvre bien tes esgourdes, je ne vais pas me répéter. Libre à toi de faire ce que tu voudras après ça. Tu n’en as pas encore croisé, mais ceux qu’on cherche, très probablement, sont de ceux qui tiennent ce labo. On les appelle les cyantifiques, de ce que j’en ai compris. Et tu vois, il y a un problème. Ils ne sont pas comme nous. Et eux, ils le savent, et ils le sentent bien. Ils nous ont laissé dératiser leur baraque de toutes les saloperies agressives qui y avaient élu domicile, alors que, concrètement, à part toi et moi, les autres sont des branques pas fichues de tenir une épée par le bon bout. Alors que eux, il y en a un qui a une arme à feu. De deux choses l’une : ils sont particulièrement machiavéliques et veulent réduire le nombre des pas-comme-eux en nous exposant au danger, ou ils témoignent d’une profonde incurie. Dans les deux cas, cale-toi ça bien dans le crâne : ils ne sont pas nos alliés. Ici, on ne peut compter que sur soi-même. En fait… en fait, jusqu’ici, la personne la plus proche de quelqu’un sur lequel je pourrais compter, c’est toi.
     Ce fut le seul moment de la discussion où Crevette arrêta de fixer sa compagnonne droit dans les yeux. Elle se ressaisit vite
     « Tu vois ce qui est important, là ? Il faut instaurer un rapport de force. Il faut montrer que si les cyantis peuvent nous la mettre à l’envers, on le peut aussi, qu’on peut se défendre, et surtout, qu’on peut attaquer. C’est comme ça que ça marche si tu veux être pris au sérieux et pas exploité et considéré comme de la main d’œuvre corvéable, tout juste bonne à être jetée une fois avoir servi. Là, concrètement, j’ai bien envie d’épingler le premier cyanti venu et de lui péter les rotules, juste pour faire comprendre aux autres qu’il faut pas nous prendre pour de la merde. Et qu’ils ont intérêt à éviter les bavures, parce que nous aussi on peut en faire. »
     Elle fit tournoyer une dernière fois le carreau.
     « Mais je comprends que tu veuille éviter de faire couler le sang. Enfin… En fait, non, mais qu’importe. J’ai un moyen de te rendre utile avec ça sans te forcer à tuer. Ça te va ? »
     Crevette ne put tout à fait masquer une expression de dégoût quand elle proposa ce compromis.

Résumé:
Crevette fait sa Kim Jung-Un devant une Effie moyennement chaude à l’idée de tabasser des cyantis comme ça juste pour montrer qu’on peut le faire et qu’il faut pas se foutre de notre gueule.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 43
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Ven 13 Déc - 19:33
Beaucoup d'informations à la fois. Si elle m'a déjà évoqué le danger des cyantifiques, je n'en ai toujours pas une perception claire. Le journal que j'ai trouvé plus tôt m'avait laissé penser que oui, les cyantifiques étaient quelques peu décalés de la réalité, mais que TOUS le soient, ce serait étonnant. Un peu des deux, plus probablement? Ce qui impliquerait que l'esquisse altère sacrément les esprits. Combien de temps avons nous avant que les nôtres ne le soient? Pas le temps d'y penser, Crevette embraye et je ne sais pas si je dois rire ou rougir. Sérieusement, elle parle de faire confiance à un vampire... Bref. modifier le rapport de force, hein? Pas de vrai problème avec ça. Alors où est-ce qu'elle veut en venir?

"Mais j'ai pas de problèmes avec le sang! C'est bon, j'ai passé l'âge de tuer aveuglément juste parce que j'ai senti une goutte de sang, tu sais?"

Qu'est-ce qu'elle me raconte, bon sang, y a un truc où on s'est pas compris. Revenons en arrière... Je pense avoir saisi le truc, et je soupire en détendant mes épaules. Ok, reste à savoir comment expliquer ça.

"C'est pas de tuer qui me pose problème c'est... Je suis une chasseuse, pas une soldate. Et là c'est comme si on était parties pour chasser un neifa. Non seulement on est pas assez discrètes pour, mais en plus on va se prendre un Ikziss sur la gueule, c'est un coup à finir au menu. On serait dans une forêt, pas de problèmes, mais là, on est toujours que 2 et on connait toujours pas le terrain et l'approche frontale je la sens pas."

Difficile d'expliquer quelque chose d'instinctif comme ça. D'autant plus que je ne suis pas sure (je suis même sure que non) d'avoir les mêmes référentiels que Crevette. Si j'ai pu travailler avec des armées et que je connais quelques bases, je reste une auxiliaire, plus indépendante.




Code:
<transformation perso ="Effie">

Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen
Messages : 262
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
Hier à 1:17
     Bien que Crevette ne comprît pas tous les termes employés par Effie – sûrement des mots esquisséens –, elle saisit l’idée générale.
     « J’aurais encore préféré, tiens. »
     Qu’elle tue aveuglément à l’odeur du sang.
     Crevette remit le carreau sur l’arbalète. Laissa passer un petit temps de réflexion, histoire de remettre ses idées en place.
     « Bon alors écoute, je vais te le proposer une dernière fois. J’ai bien compris que c’est pas ton mode de pensée de faire ce que je te demande, et j’vais pas te forcer, je préfère encore être seule sur ce coup qu’avoir un objecteur de conscience dans les pattes. Je t’ai expliqué déjà ce qu’il en retournait de mon plan, donc ou ça te va et tu fais ce que je dis en te posant des questions métaphysiques plus tard, parce que avoir confiance aux autres, c’est aussi ça, c’est savoir les suivre sans discuter, et crois bien que si on doit suivre un de tes plans par la suite, je ferai de même, ou tu me dis maintenant que t’es contre mon approche, et j’me démerde. J’avais déjà prévu de faire ça seule de toutes façon. »
     Serait-ce une once de tolérance envers l’avis de l’autre qui apparaissait chez Crevette ? Comme quoi, tout arrive.
     « Et, bon, ben, je t’en voudrais pas si tu refuses. Et J’vais pas non plus spécialement de venir plus ta pote si t’acceptes, parce que je trouve ça normal. Après tout… Ça servirait à rien de te forcer à faire un truc dont t’as pas envie. Tant que tu me gênes pas, ça me va, en fait. »
     Oui, c’était bien cela.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Police : font=Yu Mincho Light, serif
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum