Le Deal du moment : -40%
-40% sur Logitech Z207 Système de ...
Voir le deal
30 €

Cyantifiques
Admirez notre magnificence ! ♥
Messages : 175
Date d'inscription : 08/06/2013
Cyantifiques
le Dim 13 Déc - 20:48
(Pas de dessin malheureusement, il me faudrait ma tablette...)



Le visage de Watt n'avait rien de compliqué à interpréter. Lorsqu'il ne regardait pas un Dessinateur, son visage était tendu, et quand il les regardait, c'était toujours avec un rictus, ou une quelconque impression qui trahissait tantôt de l'agacement, tantôt du mépris, tantôt de l'ennui, plus rarement un acquiescement lorsqu'un discours lui semblait pertinent, ou de l'incrédulité lorsque quelque chose lui semblait incompréhensible ou tiré par les cheveux. Rosalina put sans mal déceler cette dernière expression peu après sa dernière suggestion, puis la voir disparaître - au profit d'un agacement plus typique - lorsque Lucas intervint. Ses yeux semblaient gronder l'enfant d'un violent "C'est justement ce que j'entendais quand je disais que vous partiez du principe que nous sortons tout de nulle part". Quant aux paroles d'Isolde, elles semblèrent recevoir moins d'écho, mais uniquement parce qu'il consacra plus de temps à noter les questions qui avaient été posées, activité qui le faisait détourner le regard des Dessinateurs - et par conséquent l'adoucissait.


"Je vais commencer par vous répondre, Rosalina. Depuis combien de temps entendons-nous parler de la "Terre" ? Nous ne maîtrisons pas assez vos calendrier, dans la mesure où ils ne sont pas adaptés à la façon dont le temps s'écoule dans l'Esquisse, mais...

Il griffonna quelques notes, comme s'il cherchait à résoudre une opération mathématique.

"Au moins deux ans, dans votre référentiel. Or, tous ceux dont la mémoire semblait cohérente citent "2012" comme dernier souvenir - plus vraisemblablement la fin de l'année. Il est donc vrai que vos récits convergent dans l'ensemble, mais dans ce cas pourquoi arrivez-vous à des moments différents alors que vous semblez venir de la même période ? (il hésité un instant, puis se reprit) Admettons donc que ces souvenirs partagés prouvent quelque chose. Ils ne prouvent pour autant pas qu'ils sont les vôtres en tant que tels, ni que la "Terre" existe *actuellement* comme vous l'envisagez. Mais après tout, cela ne nous regarde pas."

Avait-il choisi d'éviter le débat, ou le considérait-il terminé ? Quoi qu'il en soi, sa dernière phrase trahissait une forme d'abandon ou de lassitude, qui quittèrent à moitié sa voix lorsqu'il continua à parler.

"Enfin. Contrairement à ce que vous sous-entendez, Isolde, nous étudions les organismes vivants dans toute leur diversité. A défaut de savoir s'il existe une "sortie" à l'Esquisse, nous pourrions *éventuellement* disposer de plusieurs éléments de réponse par rapport à votre arrivée.

- Mais nous n'avons pas d'intérêt à vous les donner, dommage !"

Watt décocha un nouveau regard assassin à l'intention de Dalton, qui l'esquiva en pointant du doigt Lucas, l'air de dire "Il y a des enfants dans la salle, je fais la traduction", avant de hausser les épaules. Hertz, qui ne faisait pas grand cas de ces échanges non-verbaux, en profita pour reprendre la parole :

"Pour en revenir aux Tempêtes. Comme vous l'avez dit, elles ne sont que l'exagération d'un phénomène déjà existant. Nous savons partiellement comment les déclencher, mais le processus est compliqué, ou plutôt, il requiert des ingrédients relativement rares, ce qui rend l'étude des Tempêtes complexe en elle-même. Dans ce processus, vous..."



Au moment où Hertz s'apprêtait à finir sa phrase, la porte s'ouvrit en fracas. Une silhouette blonde se précipita sur la table, puis sur les cyantifiques. Par réflexe, Watt se leva, dégaina son arme et se précipita entre Hertz et Vesa, vraisemblablement prêt à faire feu.

Lorsqu'il reconnut la jeune femme qui avait quitté à la pièce un instant plus tôt, ses épaules se détendirent un peu. Machinalement, il vérifia qu'aucune menace immédiate n'était rentrée, et commença à surveiller la porte.

"Allons, allons... Décrivez-nous la situation", demanda Dalton, d'une voix calme, alors qu'il regardait Vesa de haut en bas pour vérifier qu'elle n'était pas blessée.
Flavius
Tout n'est que poussière
Personnages : Triaire
Messages : 145
Date d'inscription : 28/05/2019
Flavius
le Ven 1 Jan - 22:36


Vesa saisit Dalton par le cou et le secoua comme un prunier, complètement paniqué.

"J'ai été obligée de manger les corps de mes camarades dans les sables pour survivre ! Et la gamine tarée veut s'en servir de prétexte pour me tuer ! Je voulais pas le faire mais c'était ma seule chance de survie ! La laissez pas me planter elle rêve que de ça !"

Résumé:
Vesa explique posément et calmement la situation en manifestant ses légères inquiétudes
Stilgar
Petit pimousse au rapport !
Personnages : Crevette, Rosalina Ngwenya, Amundsen, Agate Withcroft-Molina
Messages : 404
Date d'inscription : 07/01/2019
Stilgar
le Lun 4 Jan - 4:00
Considérations diverses :
     L’acuité de ses camarades plaisait grandement à Rosalina. Lucas s’avérait être une délicieuse petite peste, appuyant là où ça faisait mal. Elle lui aurait bien frictionné les cheveux avec une tendresse complice, mais elle préféra se retenir. On était à un sommet diplomatique, après tout. La présence de jeunes enfants, d’animaux parlants et de Dalton contribuait déjà bien assez au désordre. Elle nota cependant dans un coin de sa tête que la prochaine sucrerie qu’elle trouverait serait pour lui.
     Isolde, elle, marquait un point tout à fait important. De ce qui lui apparaissait, s’il y avait bien une chose que Rosalina ne pouvait pas remettre en question chez ses adversaires, c’était leur intégrité scientifique. Leurs raisons de ne pas s’intéresser – ou de peut-être ou peut-être pas s’intéresser avec force ronds-de-jambes et formules creuses, si vous préférez – aux humains n’étaient pas d’une autre nature que politique. Le savoir est le pouvoir, et ainsi de suite. D’ailleurs, la suite de leur discours le confirma, mais nous y reviendrons.
     Cela faisait donc au moins deux ans qu’ils entendaient parler d’humains. Venant tous de fin 2012. Une information capitale et qui permettait à Rosalina de construire une ébauche de récit cohérent sur la nature de l’Esquisse. Elle ne partageait que peu l’amour de la découverte et de l’exploration scientifique, et il était tout à fait probable que ces cyantifiques aient déjà des raisonnements plus poussés que ceux qu’elle allait formuler. Les faire couiner pour qu’ils leurs livrassent aurait été sûrement plus rentable que de s’échiner à redécouvrir que le sang coule dans les veines et rebâtir une cyance indépendante de celle de ces individus. Cependant, une société avancée ne peut pas avoir pour seule production intellectuelle celle qu’elle vole aux autres. Tout compte fait, avoir un département de cyance indépendant et propre aux Dessinateurs, répondant donc à leurs objectifs, était une bonne idée au long terme. Avec des personnes comme Isolde, cela pourrait donner de très beaux fruits. Dont l’engrais serait un peu de tirage des vers du nez à qui de droit si besoin.
     « Admettons donc que ces souvenirs partagés prouvent quelque chose. » Subjonctif ridicule. Qu’est-ce qui aurait été plus cohérent ? Que l’Esquisse, qui se montrait aléatoire dans absolument toute ses manifestations et toutes les altérations qu’elle faisait subir à ce qu’elle touchait et faisaitt apparaître en son sein, aurait fabriqué de toutes pièces un univers entier, ayant des milliards d’années d’histoire qui auraient été étudiées et connues des Terriens, qui se serait étendu sur une distance pour ainsi dire infinie, celle-ci étant elle aussi étudiée et connue des Terriens, que ce récit aurait été totalement cohérent et exactement, au détail près, le même avec absolument tous les humains – exception faite des amnésiques – qui seraient apparus dans l’Esquisse… Ou alors que ce récit aurait été réel et que l’Esquisse aurait simplement eu une temporalité différente de celle de la Terre ? La relativité existe déjà dans l’univers, c’est connu, pourquoi pas dans cette dimension parallèle ou quoi que l’Esquisse pût être. Deux ans sur l’Esquisse pouvaient tout à fait correspondre à quelques jours voire heures sur Terre.
     En tout cas, c’était assez rassurant : s’il n’y avait rien avant, cela veut dire que l’Esquisse avait une histoire. Un début clairement identifié : Fin 2012, quelque chose se passa qui fit que des humains furent téléportés dans l’Esquisse. Rien ne laissait à penser pour le moment que l’Esquisse était plus vieille en temps terrestre que cela. Et tout ce qui a un début doit avoir une fin…
     Et Dalton, ce sale petit con. Enfin, au moins son franc-parlé permit de trahir les intentions de tous les cyantifiques. Avec des alliés pareils, ils n’avaient même pas besoin d’ennemis.
     Rosalina allait partager ces considérations avec les autres Dessinateurs, mais elle fut interrompue par l’arrivée impromptue de la blonde de toute à l’heure. Qui… avoua être une cannibale… Et semblait s’étonner qu’on voulût la pourfendre sur un malentendu… Le problème était qu’elle arrivait vraiment au mauvais moment. En hurlant qu’une Dessinatrice voulait en tuer une autre sur tous les toits, elle allait causer du grabuge et saper l’impression d’unité que Rosalina voulait renvoyer aux cyantifiques. Réussir à établir un groupe crédible n’était déjà pas une mince affaire, ce n’était pas pour qu’on sapât ses efforts en prime ! Son marteau-cuiller allait lui servir : elle frappa la table d’un grand coup pour intimer tout le monde au silence par un bruit fort.
     « Il suffit, reprenez-vous ! »
     Il n’y avait certes dans la pièce parmi ses alliés qu’un enfant, un adolescente binoclard et boutonneux, un chat, un piston à roulette et une blessée, mais Rosalina pouvait bien compter sur Watt pour une chose : il n’hésiterait pas à faire usage de son taser si besoin était pour la calmer.
     « Restez ici et calmez-vous, je vais aller voir ce dont il en retourne personnellement. On ne fera pas de désordre sous ma surveillance. »
     Et c’est après cette déclaration qu’elle quitta la pièce. La fillette qu’elle avait envoyé récolter des votes avait semblait-il fait preuve d’excès de zèle. Elle avait obéi à son précédent ordre, on allait bien voir si elle obéirait aux autres et comprendrait que la cannibale pouvait attendre ; on avait un bras de fer diplomatique avec les cyantifiques sur les bras.


Résumé :
Rosa intime à Vesa de reprendre ses esprits et sort pour aller voir ce qui a causé son émoi.


Crevette : color=#33cc99 — Mlle. Ngwenya : color=#13f78a — Amundsen : color=#ffcc33 — Agate : color=#ff9933



Images diverses:
Salle de réunion - Page 4 ULT8Krs
Eelis
Qu'est-ce qui est jaune et qui traverse les murs ?
Personnages : Al, Sydonia
Messages : 2767
Date d'inscription : 10/06/2012
Eelis
le Lun 4 Jan - 9:01
Réaction à Rosalina, Lucas, Morgane:
Al se sentait un peu comme celui qui entre dans une salle de cinéma en plein milieu du film ; il avait une vague idée du titre et de l’ambiance, mais pas plus de quelques indices sur l’intrigue accumulée jusque là, et pas vraiment l’opportunité de déranger quelqu’un pour avoir une explication.

Mais au moins, le type dans le cinéma ne se fait pas harceler de questions.

« Jeune homme, venez, prenez place, dites-nous votre nom, dites-nous où vous étiez avant d’arriver dans l’Esquisse et en quelle année. Madame Scrutin ici présente vous expliquera les modalités de la réunion et du vote en cours.
- Je… Al… J’étais en Angleterre en…
- Alex ! Alphonse ? Alacadabra? C'est Al pourquoi déjà? Tu te souviens de moi, j'suis Lucas ! T'es en retard ! Alors, tu connais tout le monde ? Le chat, c'est Morgan, c'était une fille qui est un chat maintenant. Et celle avec les lunettes, c'est Bernard, elle est un peu comme les prof' super sévères. La rousse, c'est Isolde, elle parle en coups et elle est déprimée de crois. Et Mlle Ngwenya, c'est la noire qui parle beaucoup beaucoup. Elle veut qu'on vote. Genre, tu prends un papier et si tu veux trouver comment quitter l'Esquisse, tu écris "Al : Oui". Tu t'en fiches, t'écris "Non". Tu t'en fiches, mais tu veux aider les autres à quitter, t'écris "Oui?". C'est à peu près ça.
- Attends, un vo…
-Bonjour Loupiot, lança le chat (sans commentaire) qui s’était rapproché d’eux. A priori c’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur l’esquisse ou d’essayer de s’organiser une bonne fois pour toutes plutôt que de se tirer tous dans les pattes. Est-ce que tu sais si il y a d’autres personnes dans le bâtiment ? Ce serait mieux que tout le monde en profite

Evidemment, il était ravi d’entendre autant de paroles pertinentes, logiques et encourageantes d’un coup, mais il ne s’attendait pas à ce que l’intrigue qui saute aussi violemment au visage, à coups d’informations dans tous les sens et de nouveaux noms à mémoriser.

Il commença à balbutier une réponse à l’attention du félin :

« A.. Alors, oui, il y a d’autres personnes… »

Mais à vrai dire, il fut très rapidement happé par les longues tirades de la rousse bègues, au point de ne pas réussir à mobiliser une quantité suffisante de concentration pour terminer sa phrase.

Alors qu’il écoutait ces paroles, et la réponse des cyantifiques, Al tenta de reconstituer mentalement la situation.

Autour de lui, il y avait donc Lucas, le chat «Morgan», «Bernard», la bègue «Isolde», la noire «Ngwenya» et trois cyantifiques. Avant qu’il n’entre dans la salle, un vote avait été lancé, pour quitter l’Esquisse. Le débat actuel concernait cette sortie de l’Esquisse, au sens où les cyantifiques suggéraient que la sortie n’existait peut-être pas, voire qu’il n’y avait pas d’endroit où retourner. Face à cela, ses voisins de table évoquaient l’origine commune et un certain nombre connaissances partagées. Oh et puis, la rousse mentionnait les Tempêtes, en demandant aux cyantifiques à quel point ils pouvaient les… contrôler ? Et d’empêcher les autres cyantifiques de détruire… ?

Il ne comprenait pas grand chose à ce qui se passait…

Mais plusieurs choses lui revenaient vaguement en mémoire.

Après tout, ce n’est pas la première fois qu’il entendait parler de…

-Aidez moi ! La petite folle veut me tuer ! Et un loup rôde dans les couloirs !
-Allons, allons... Décrivez-nous la situation.
-J'ai été obligée de manger les corps de mes camarades dans les sables pour survivre !


TAISEZ-VOUS !!!

Dépassé par les évènements, Al laissa les choses se dérouler, dans un laxisme plutôt contradictoire, puisqu’il aurait normalement été le premier à réagir… Barf, il fallait bien observer comment se débrouillait la relève, n’est-ce pas ?!

Résumé:
Al essaie de répondre ou de comprendre ce qui se passe, mais il n'en a jamais le temps, et est donc complètement inutile.


Onyx
Personnages : Lucas et Isolde
Messages : 165
Date d'inscription : 14/04/2019
Onyx
le Lun 18 Jan - 1:59
Lucas roula les yeux devant l'intervention de la blonde qui interrompait les Cyantifiques. Ils avaient littéralement dit que même s'ils ne savaient pas trop comment les faire rentrer, ils savaient comment ils étaient arrivés, ils étaient sur le point de parler des Tempêtes et bam, l'idiote se pointait. Ahlala.

Le garçon abandonna Al qui avait l'air traumatisé par la discussion et se rapprocha de la blonde et de son ancienne position pour se moquer d'elle. Il la regarda avec pitié et dédain.

« Le loup s'appelle Médor et il est comme Morgan, pas dangereux du tout. Et puis Crevette et Effie... elles sont toutes petites, ça te fait vraiment peur ? »

L'ancien soldat avait fait bien des choses dans le passé, mais il devait avouer qu'il n'était jamais tombé aussi bas que le cannibalisme semble comme une bonne option... Ah, qu'importe, il avait 8 ans, 8 ans, il devait s'en souvenir. Qu'est-ce que lui à 8 ans aurait dit dans ce type de situation ?

« Ça goûte quoi des humains ? C'est comme du poulet ou comme des hamburgers ? Ça fait mal d'être mangé? Pourquoi tes amis t'ont laissé faire dans ce cas ? »

Pas de tabou, on saute à la pire question possible, et voilà, pile dans le mille ! Enfant lui était vraiment horrible maintenant qu'il y repensait...

Enfin, l'Américain se tourna vers Stirling. Il n'aurait peut-être pas dû arrêter de l'écouter pour aller saluer Al. L'objet semblait avoir des infos utiles. Autant retourner à le questionner.
À Stirling:
« J'ai pas tout écouté, mais t'as dit quelque chose à propos d'un point de rendez-vous ? »

Résumé:
Lucas questionne Stirling et critique Vesa.


Lucas parle en skyblue et Isolde en #7dd1c8
Arathéa Sar'Flyel
Petite vampire, aime explorer et les calins
Messages : 119
Date d'inscription : 11/10/2019
Arathéa Sar'Flyel
le Lun 18 Jan - 11:21

Bon, entre le discours de la begue, peu compréhensible, et le fait qu'ils parlent de trucs auxquels je ne comprends pas tout, sans parler du manque de coopération (affiché, avoué et revendiqué dans le cas de Dalton) des cyantifiques, j'ai vraiment du mal à raccrocher les wagons. Alors quand en plus y a la blonde qui surgit en braillant qu'on veut la tuer... Et me hérisse le poil en tout sens j'vais avoir du mal à y remettre de l'ordre.

Mais c'est pas possible, mais ça fait pas 15 minutes! Vous êtes pire que des maternelles, à ce stade!

Non parce que de mémoire elle s'est déjà pris le chou avec une des gosses, non? Et maintenant avec l'autre? C'est laquelle la gamine tarée, celle qui se prend pour une vampire, ou celle qui porte un nom de crustacé? Et comment ça bouffer des gens?! Et le gamin qui en rajoute une couche, tandis que la politicienne sort en se la jouant cheffe.

Eurgh, poussin, c'est pas le moment!

Et c'est vraiment dégueulasse comme questions. Attend. Y a un loup?! C'est pas un truc qui court après les chats, ça?!



Spoiler:
Morgan s'insurge contre l'incapacité de Vesa et Crevette à se tenir cordialement, et reprends Lucas sur ses questions.


Code:
<transformation perso="Effie" /> | <transformation perso="Morgan" />
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum